Le sar (Sargus Sargus)

Le Sar, connu sous plusieurs noms comme sargue, mouré punchu, sargou, saragou, mouchon, asparaillou, barade et reconnu internationalement sous des appellations variées (par exemple, “annular bream” en anglais, “geissbrassen” en allemand, “sarago” en italien), est un poisson appartenant à la famille des Sparidés. Cette espèce se distingue par sa polyvalence alimentaire et son habitat, faisant d’elle un sujet d’intérêt tant pour les amateurs de pêche que pour les chercheurs en biologie marine.

Description et Espèces

Le sar (Sargus sargus) se distingue principalement des autres poissons de sa famille, comme le sparaillon (Diplodus annularis), par le nombre d’écailles présentes sur sa ligne latérale – plus de 60 chez le sar contre moins de 55 pour le sparaillon. Cette caractéristique est essentielle pour identifier l’espèce. Les sars peuvent atteindre une taille maximale de 45 cm pour un poids de 2 à 2,5 kg. Leur corps est souvent marqué par des bandes verticales ou transversales noires, variant selon les sous-espèces, par exemple, 7 à 8 bandes verticales pour Sargus sargus ou de 7 à 9 bandes transversales pour Charax Puntazzo.

Sargus sargus
Sargus Sargus
Charax Puntazzo
Charax Puntazzo
Diplodus vulgaris
Diplodus Vulgaris
Diplodus annularis
Diplodus Annularis

Nourriture

Les sars ont un régime alimentaire varié qui comprend moules, oursins, crevettes, petits poissons, et divers céphalopodes comme les petits calmars et les seiches. Cette diversité alimentaire témoigne de leur capacité d’adaptation à différents milieux et de leur rôle dans l’écosystème marin en tant que prédateurs.

Habitat et Mœurs

Les sars peuplent tout le plateau continental, évoluant à des profondeurs allant de 1 à 30 mètres, notamment dans les zones rocheuses et les herbiers marins. Ils sont également capables de s’adapter à des eaux saumâtres, particulièrement durant les mois d’été lorsque les eaux sont moins froides. Cette adaptabilité rend les sars particulièrement intéressants pour l’étude des écosystèmes marins et des impacts environnementaux sur les espèces marines.

Reproduction

Intéressant du point de vue biologique, le sar est hermaphrodite : il naît mâle et se transforme en femelle au cours de sa vie. La période de fraie s’étend d’avril à juin, tandis que pour les sparaillons, elle va de juin à septembre. Cette caractéristique hermaphrodite joue un rôle crucial dans la dynamique de population et la reproduction de l’espèce.

Conclusion

Le sar est non seulement apprécié pour sa résistance, rendant la pêche particulièrement gratifiante, mais également pour sa chair savoureuse, prisée dans de nombreuses cuisines méditerranéennes. La combinaison de ses caractéristiques biologiques, son alimentation diversifiée, et son habitat fait du sar un sujet d’étude précieux pour comprendre les interactions au sein des écosystèmes marins et les implications pour la pêche durable.