L’Argentine (Argentina Sphyraena)

L’Argentine, aussi appelée poisson d’argent ou pei argen dans certaines régions, appartient à la famille des Argentinidae. Ce poisson, reconnaissable à son corps allongé et à son éclat argenté, habite principalement les profondeurs du plateau continental, où il mène une existence discrète mais essentielle au sein des écosystèmes marins.

Alimentation

L’Argentine a un régime alimentaire diversifié, incluant vers, mollusques, crustacés, petits poissons, et invertébrés benthiques. Cette alimentation variée lui permet de jouer un rôle important dans la chaîne alimentaire des profondeurs marines, contribuant à l’équilibre écologique des zones qu’elle occupe.

Caractéristiques Physiques

Ce poisson se caractérise par un corps allongé doté de gros yeux adaptés à la vie en profondeur. Son ventre présente une teinte blanche argentée, tandis que son dos est d’un ton plus sombre. Sa taille varie communément de 10 à 20 cm, pouvant exceptionnellement atteindre 35 cm, pour un poids moyen de 50 à 100 g, avec certains individus pesant jusqu’à 150 g.

Habitat

Grégaire par nature, l’Argentine vit en bancs près du fond du plateau continental, à des profondeurs variant de 50 à 500 mètres. Cette préférence pour les eaux profondes la rend moins visible et moins accessible aux pêcheurs, comparée à d’autres espèces marines plus côtières.

Reproduction

La période de reproduction s’étend de mars à juillet, avec une fécondité estimée entre 2 000 et 3 000 œufs par individu. Les œufs et les larves de l’Argentine sont pélagiques, c’est-à-dire qu’ils dérivent dans la colonne d’eau, favorisant ainsi leur dispersion et augmentant les chances de survie des nouvelles générations.

Conclusion

Malgré sa faible pêche commerciale, l’Argentine est appréciée pour sa chair savoureuse par ceux qui ont l’occasion de la déguster. Sa présence dans les profondeurs marines souligne l’importance de la biodiversité dans ces habitats moins explorés et la nécessité de comprendre et de protéger les espèces qui y vivent, souvent invisibles mais essentielles au maintien des équilibres écologiques des océans.