Le Chevaine (Leuciscus Cephalus)

Le Chevaine, connu sous une multitude de noms régionaux comme chevesne, meunier, ou aubour, et à l’international comme chub en anglais ou cavedano en italien, est un membre distinct de la famille des Cyprinidés. Cette espèce illustre la diversité et l’adaptabilité des poissons d’eau douce, occupant une place significative dans les écosystèmes aquatiques qu’elle habite.

Alimentation

Le chevaine est remarquable pour son régime alimentaire extrêmement varié, faisant de lui l’un des poissons les plus voraces. Il consomme une large gamme de nourriture, depuis les insectes terrestres et aquatiques jusqu’aux vers, larves, petits poissons, et même des fruits et déchets organiques. Cette capacité à tirer parti de presque tout ce qui est disponible témoigne de son rôle d’éboueur naturel dans les milieux aquatiques, contribuant à la santé et à la propreté des eaux.

Caractéristiques Physiques

Avec un corps trapu et cylindrique, le chevaine présente une coloration sombre sur le dos qui se fond en jaunâtre sur les flancs et blanc argenté sur le ventre. Sa bouche orientée vers le haut est adaptée à son régime alimentaire diversifié, et ses nageoires ventrales et anales rouges ajoutent une touche distinctive à son apparence. La taille moyenne du chevaine varie entre 40 et 50 cm, bien que certains individus puissent atteindre jusqu’à 80 cm, avec un poids allant de 500 g à 1 kg, et exceptionnellement jusqu’à 5 kg.

Habitat et Comportement

Vivant en bandes de taille variable, le chevaine privilégie les eaux calmes des cours d’eau, remontant même jusqu’aux zones à truite et les concurrençant parfois. Sa présence dans les lacs, y compris à des altitudes supérieures à 2000 mètres, et sa résistance à la pollution montrent son incroyable capacité d’adaptation. Son comportement grégaire et sa méfiance en font un adversaire captivant pour la pêche.

Reproduction

La reproduction du chevaine est caractérisée par une fécondité impressionnante, avec une production de 20 000 à 2 000 000 d’œufs. La fraie se déroule en deux ou trois pontes espacées de 15 à 20 jours. Les œufs collants sont déposés sur des substrats comme des branches ou du bois immergé, favorisant leur développement et leur survie.

Conclusion

Le chevaine joue un rôle essentiel dans l’équilibre écologique des eaux douces, agissant comme un nettoyeur naturel tout en offrant un défi de pêche remarquable, notamment à la mouche. Sa présence en grande quantité et son comportement alimentaire contribuent à la régulation des populations d’invertébrés et de déchets organiques, soulignant son importance dans la préservation de la biodiversité et la propreté des habitats aquatiques. Sa pêche, pratiquée dans le respect des tailles légales et des saisons de reproduction, permet de prolonger la saison de pêche à la mouche en deuxième catégorie, enrichissant ainsi l’expérience des pêcheurs et la gestion durable des ressources piscicoles.