La Brème (Abramis Brama)

La Brème, connue également sous divers noms régionaux tels que brame, breume, ou brachsen dans les pays germanophones, et bream en anglais, est un membre caractéristique de la famille des Cyprinidés. Cette espèce de poisson d’eau douce est répandue et appréciée par les pêcheurs, notamment pour la pêche au coup, bien qu’elle soit moins prisée pour sa valeur culinaire en raison de sa chair riche en arêtes.

Description Physique

La Brème se distingue par un corps haut et comprimé latéralement, adapté à la vie dans les eaux lentes où elle fouille le fond à la recherche de nourriture. Elle est reconnaissable à sa bouche inclinée vers le haut et à sa queue très échancrée et asymétrique, la partie supérieure étant plus courte que la partie inférieure. Le nombre d’écailles sur sa ligne latérale varie entre 50 et 54, un détail important pour les identifier.

Régime Alimentaire

Omnivore, la Brème explore le fond des plans d’eau, consommant une variété d’aliments allant des vers, larves, mollusques, et crustacés, à divers végétaux, graines, petits insectes, et œufs de poissons. Ce comportement alimentaire est souvent trahi par les bulles qu’elle libère en fouillant les sédiments.

Habitat et Comportement

Privilégiant les eaux lentes des grands fleuves, étangs, retenues d’eau, et zones peu profondes, la Brème vit généralement en bancs, ce qui facilite sa capture lors des sessions de pêche au coup. Elle s’adapte également bien aux eaux saumâtres, témoignant de sa grande capacité de résilience et d’adaptation à différents milieux aquatiques.

Reproduction

La reproduction des Brèmes a lieu collectivement de avril à juillet, lorsque la température de l’eau se situe entre 12 et 20°C. Le frai se déroule sur plusieurs jours, durant lesquels les œufs sont pondus sur des végétaux aquatiques ou des racines, avec une fécondité remarquable pouvant atteindre 50 000 œufs par kilo de poids du poisson. Les œufs incubent ensuite pendant 5 à 6 jours avant d’éclore.

Hybridation et Diversité

La Brème peut s’hybrider avec d’autres espèces de Cyprinidés, comme le gardon ou la brème bordelière, ce qui enrichit la diversité génétique et les caractéristiques des populations dans leurs habitats naturels.

Conclusion

Bien que la Brème (Abramis brama) soit très commune dans les eaux douces européennes, elle joue un rôle écologique important en contribuant à la biodiversité et en servant de proie pour les prédateurs plus gros. Sa présence est un indicateur de la santé des écosystèmes aquatiques, et malgré son intérêt gastronomique limité, elle reste un favori parmi les pêcheurs sportifs pour le défi et la satisfaction qu’elle apporte lors de la capture.